Les chrétiens persécutés

en Espagne    

Religion et République

Fermer 1 la religion pendant la II République

Fermer 2 le contexte et la persécution

Fermer 3 Le massacre

Fermer 4 Le massacre à Madrid

Fermer 5 Le massacre des" prisonniers politiques"

Fermer 6 Elaboration de la Constitution en 1931

Fermer 7 rapport du ministre Irujo

Fermer 8 les tchékas

Fermer 9 désinformation

Fermer Arguments

Fermer Judas

Fermer Le cardinal Segura

Fermer Persécution au Mexique

Fermer Précédents en France (loi 1905)

Fermer Réflexions

Fermer informations récentes

Fermer la persecucion religiosa oficializada

Fermer liste des 498 béatifiés

Réflexions

Fermer Des intélectuels catholiques?

Fermer Refexions sur la violence

Fermer a propos des Brigades Internationales

Fermer la guerre civile n'est pas terminée

Fermer le génocide vendéen

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 10 membres


Connectés :

( personne )
Contacts

 

 

 Ce site a été scindé. Il y a la partie persécution religieuse en Espagne et la partie persécution religieuse en France.
Voici le lien  pour la partie France:
http://persecution-religieuse-france.la-guerre-d-espagne.net/ 
Nom du site: Persécution religieuse et christianophobie

Sondage
appréciations
 
super
à recommander
Très bien
Bien
Passable
bof
grrrrrr
Résultats
Arguments - 7ème argument: Le comportement du clergé avait détruit l'Eglise

 Argument-7

separation.jpg

C'est le comportement hypocrite du clergé qui avait détruit l'Eglise"

Faux:
A part quelques exceptions rarissimes, les victimes moururent sans renier leur foi et en pardonnant leurs bourreaux
MADARIAGA avance encore une raison pour charger les catholiques et décharger leurs assassins : Il dit que l'on pouvait entendre ce slogan dans la zone "rouge" "Les révolutionnaires ont détruit les églises, mais le clergé a détruit l'Eglise"

Et avant de poursuivre, on peut se faire cette toute petite réflexion : Si les ennemis de la religion accusaient le clergé de détruire l'Eglise, ils auraient du être ravis puisqu'il accomplissait à leur place le travail qu'ils avaient entrepris!

On a dit que le clergé pratiquait une doctrine routinière, sèche et sans contenu spirituel. Que les prêtres faisaient exactement le contraire de ce qu'ils demandaient à leurs paroissiens dans leurs sermons. En clair, on accusait l'Eglise de la plus grande hypocrisie. A croire ce slogan, les religieux étaient massacrés non pour défendre l'Eglise, mais pour l'avoir détruite.
Il est probable que certains prêtres et peut-être encore plus la hiérarchie pratiquaient cette religiosité hypocrite et creuse, mais il est impossible de lui donner un sens général.
La preuve ce sont les propres victimes qui l'apportent. Claudel parle de 16 000 morts et pas une apostasie. I'expression est certainement exagérée, mais elle approchait de la réalité : les victimes très souvent, acceptèrent les tortures et la mort pour ne pas renier leur foi et le firent en pardonnant leurs bourreaux. Il est clair que les catholiques n'avaient pas une foi superficielle. S'ils n'avaient pas eu une foi profonde, s'ils n'avaient pas vraiment cru en Dieu comment auraient-ils accepté de telles tortures et des morts aussi atroces? Quelle autre institution peut présenter un tel bilan de sacrifice, de pardon et de réconciliation ?

Même s'ils l'acceptent dans l'intimité, les ennemis de la religion n'ont jamais admis publiquement cette héroïque attitude . Il est très certainement dur d'admettre que ceux qu'ils accusaient de tous les déviations du monde, mouraient courageusement en les regardant dans les yeux et en leur pardonnant. Alors, ils ont essayé de noircir cette réalité : FRANCISCO AYALA, raconte : "on leur disait, par exemple, si tu veux sauver ta vie il faut que tu dises je chie sur Dieu ou que tu piétines un crucifix ou encore un tout autre blasphème. Et les pauvres le faisaient. On les tuaient alors tout de suite pour qu'ils aillent en enfer".
Apparemment les tortionnaires ne croyaient pas en Dieu, mais ils croyaient à l'enfer ! Non seulement ils voulaient tuer les corps – sur lesquels ils s'acharnaient encore après la mort- mais ils pensaient ainsi les envoyer en enfer pour l'éternité en les tuant immédiatement, avant qu'ils aient le temps de se repentir de ce qu'ils venaient de leurs arracher par la force ou par la torture.
AYALA ne cite aucun autre cas, mais il utilise l'imparfait pluriel pour faire croire qu'ils étaient une 
généralité
Dans le camp franquiste aussi on raconta que beaucoup des "rouges" fusillés se convertissaient au dernier moment, mais ceci n'était pas étonnant puisque la majorité d'entre eux avait eu une formation catholique dans leur enfance. Dans l'angoisse de la mort immédiate, certains pouvaient revenir à leurs croyances et voulaient mourir "dans la grâce" suivant l'enseignement traditionnel de l'époque

Christ.jpg


Date de création : 17/06/2008 @ 14:45
Dernière modification : 23/12/2012 @ 09:59
Catégorie : Arguments
Page lue 3259 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Présentation

                     Les chrétiens persécutés

 Persécution en Espagne pendant la II République



La conduite de l'Eglise espagnole pendant la guerre civile est encore et toujours, violemment critiquée.
On l'accuse d'avoir été réactionnaire, hypocrite, fasciste, obscurantiste. Elle aurait été soumise aux puissants et aurait méprisé les pauvres. Immensément riche, elle se serait rangée du côté de la force de peur de perdre ses privilèges.

Pourtant, il suffit d'étudier un peu cette époque pour s'apercevoir que toutes ces critiques ne dépassent pas le stade de la propagande. Elles peuvent facilement être réfutées, une par une.
C'est ce que vous pourrez trouver sur ce site.

Lisez argument par argument. vous comprendrez vite qu'il suffit juste d'un peu de bon sens, pour s'en convaincre.
Puis vous pourez lire  quelques unes des horreurs commises dans la page "le massacre"
 

 



Webmaster - Infos


france_mwxx.gifJe remercie les internautes qui  donnent leurs appreciations.

Vous pourrez trouver mon livre  Le choc des deux Espagne sur la guerre d'Espagne (hors des sentiers battus et des idées toutes faites), dans toutes les Fnacs, les grandes librairies, les sites de vente par correspondance au prix de 20, 90 euros. Contribuer à rétablir la Vérité.

Merci encore

^ Haut ^