Les chrétiens persécutés

en Espagne    

Religion et République

Fermer 1 la religion pendant la II République

Fermer 2 le contexte et la persécution

Fermer 3 Le massacre

Fermer 4 Le massacre à Madrid

Fermer 5 Le massacre des" prisonniers politiques"

Fermer 6 Elaboration de la Constitution en 1931

Fermer 7 rapport du ministre Irujo

Fermer 8 les tchékas

Fermer 9 désinformation

Fermer Arguments

Fermer Judas

Fermer Le cardinal Segura

Fermer Le fascisme rouge revient

Fermer Persécution au Mexique

Fermer Précédents en France (loi 1905)

Fermer Réflexions

Fermer informations récentes

Fermer la persecucion religiosa oficializada

Fermer liste des 498 béatifiés

Réflexions

Fermer Des intélectuels catholiques?

Fermer Refexions sur la violence

Fermer a propos des Brigades Internationales

Fermer la guerre civile n'est pas terminée

Fermer le génocide vendéen

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 10 membres


Connectés :

( personne )
Contacts

 

 

 Ce site a été scindé. Il y a la partie persécution religieuse en Espagne et la partie persécution religieuse en France.
Voici le lien  pour la partie France:
http://persecution-religieuse-france.la-guerre-d-espagne.net/ 
Nom du site: Persécution religieuse et christianophobie

Sondage
appréciations
 
super
à recommander
Très bien
Bien
Passable
bof
grrrrrr
Résultats
Arguments - 5ème argument: elle avait une influence excessive

Argument 5

separation.jpg

L'Eglise avait une influence excessive sur la vie politique avec l'hostilité du clergé à la République.

FAUX :

Une autre des accusations contre l'Eglise est celle de sa trop grande influence sur la vie politique et celle de l'hostilité du clergé à la République. AZAÑA en fit le reproche à un de ses professeurs, seul survivant au massacre. Il reprocha aussi à l'Eglise de ne pas avoir voulu céder à la suppression de quelques libertés. Il appela cela: "l'intransigeance, la férocité du tout ou rien". Dans les faits, on se servit de cet argument pour justifier la dureté des mesures prises, celle des assassinats et pour rejeter la responsabilité de la persécution sur les catholiques eux mêmes.
L'influence était, certes réelle, mais pas exagérée. Elle avait ses racines dans une Histoire vielle de plusieurs siècles et, en particulier, pour son opposition farouche à l'envahisseur Napoléon, puis dans la foi de la majorité de la population. L'Eglise représentait aussi la stabilité, le guide sûr par contraste, aux périodes d'exaltation révolutionnaire. L'invocation d'un pouvoir accablant de sa part ne fut qu'un prétexte pour imposer à son tour un pouvoir exorbitant contre elle, et les croyants majoritaires, par une minorité exaltée. Une telle persécution ne pouvait que déchaîner des tueries.

Les victimes religieuses, dans leur immense majorité, n'appartenaient à aucun parti duquel les gauches auraient pu craindre des agressions. Elles ne faisaient pas de politique. Les moines et les religieuses vivaient souvent reclus dans leurs monastères ou leurs couvents, donc la persécution obéissait à quelque chose de plus que la haine "politique". Elle ne pouvait avoir aucune utilité au point de vue guerre. On peut même dire qu'elle aurait pu porter préjudice aux auteurs et leur "image" de démocratie, d'humanisme et de culture. La Grande-Bretagne, la France et USA auraient certainement hésiter d'avantage à apporter de l'aide au Front Populaire, malgré les clameurs "républicaines" et "démocratiques" de celui-ci. .

Il fallait donc cacher la vérité au monde extérieur. Les espagnols eux-mêmes le savaient-ils? Le19 septembre, une directrice du Komintern donna les ordres pour faire une campagne internationale, "contre l'affabulation de persécution religieuse". De là toutes une série de mesures pour la cacher ou la minimiser. Le PNV (basque) lui aussi, et en en particulier le ministre IRUJO, que les historiens qualifient de "chrétien", fit tout ce qui était en son pouvoir pour dissimuler l'ampleur de la tuerie.
C'est ainsi que OSSORIO y GALLARDO ambassadeur du Front Populaire dans différents pays d'Europe fut chargé de répandre la fausse information disant que les églises servaient de dépôts de munitions ou de forteresses, d'où on tirait sur le peuple.

 

Depuis 1931 les églises subissaient des saccages. Il aurait fallu être le dernier des imbéciles pour y entreposer des munitions!


Date de création : 17/06/2008 @ 09:40
Dernière modification : 10/10/2010 @ 11:24
Catégorie : Arguments
Page lue 3525 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Présentation

                     Les chrétiens persécutés

 Persécution en Espagne pendant la II République



La conduite de l'Eglise espagnole pendant la guerre civile est encore et toujours, violemment critiquée.
On l'accuse d'avoir été réactionnaire, hypocrite, fasciste, obscurantiste. Elle aurait été soumise aux puissants et aurait méprisé les pauvres. Immensément riche, elle se serait rangée du côté de la force de peur de perdre ses privilèges.

Pourtant, il suffit d'étudier un peu cette époque pour s'apercevoir que toutes ces critiques ne dépassent pas le stade de la propagande. Elles peuvent facilement être réfutées, une par une.
C'est ce que vous pourrez trouver sur ce site.

Lisez argument par argument. vous comprendrez vite qu'il suffit juste d'un peu de bon sens, pour s'en convaincre.
Puis vous pourez lire  quelques unes des horreurs commises dans la page "le massacre"
 

 



Webmaster - Infos


france_mwxx.gifJe remercie les internautes qui  donnent leurs appreciations.

Vous pourrez trouver mon livre  Le choc des deux Espagne sur la guerre d'Espagne (hors des sentiers battus et des idées toutes faites), dans toutes les Fnacs, les grandes librairies, les sites de vente par correspondance au prix de 20, 90 euros. Contribuer à rétablir la Vérité.

Merci encore

^ Haut ^