Les chrétiens persécutés

en Espagne    

Religion et République

Fermer 1 la religion pendant la II République

Fermer 2 le contexte et la persécution

Fermer 3 Le massacre

Fermer 4 Le massacre à Madrid

Fermer 5 Le massacre des" prisonniers politiques"

Fermer 6 Elaboration de la Constitution en 1931

Fermer 7 rapport du ministre Irujo

Fermer 8 les tchékas

Fermer 9 désinformation

Fermer Arguments

Fermer Judas

Fermer Le cardinal Segura

Fermer Le fascisme rouge revient

Fermer Persécution au Mexique

Fermer Précédents en France (loi 1905)

Fermer Réflexions

Fermer informations récentes

Fermer la persecucion religiosa oficializada

Fermer liste des 498 béatifiés

Réflexions

Fermer Des intélectuels catholiques?

Fermer Refexions sur la violence

Fermer a propos des Brigades Internationales

Fermer la guerre civile n'est pas terminée

Fermer le génocide vendéen

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 10 membres


Connectés :

( personne )
Contacts

 

 

 Ce site a été scindé. Il y a la partie persécution religieuse en Espagne et la partie persécution religieuse en France.
Voici le lien  pour la partie France:
http://persecution-religieuse-france.la-guerre-d-espagne.net/ 
Nom du site: Persécution religieuse et christianophobie

Sondage
appréciations
 
super
à recommander
Très bien
Bien
Passable
bof
grrrrrr
Résultats
8 les tchékas - Les tchékas

Felix_Dzerzhinsky_1919[1].jpg Félix Dzerjinski

En Espagne en 1936 (et même avant), l’horreur allait dépasser l’entendement et les Tchékas en sont la plus parfaite illustration.
Longtemps les différents ministres d'Azaña, nommés en quelques heures, avaient hésité à distribuer les armes au peuple. Ils n’avaient pas tort ! Le pouvoir de la rue allait plonger l'Espagne dans l'horreur. Une véritable boucherie ! Dès le 19 juillet ces tchékas (appelées ainsi par référence à la commission extraordinaire du russe Félix Dzerjinski) étaient organisées et mises en place. La plupart d'entre elles sont infiltrées, tenues ou dirigées par des prisonniers de droit commun libérés par les républicains. Ces gens, et ceux qui vont s'y joindre, vont plonger l'Espagne dans l'horreur et la terreur : Ils vont dénoncer, perquisitionner, piller, voler, torturer, juger et tuer en toute impunité. Il n'y a pas d'état de droit. La droite est anéantie et se terre et le gouvernement de gauche, que l'on qualifie de gauche "bourgeoise", n'a plus aucun pouvoir.
Il n’y a plus de pouvoir ni de droite ni de gauche, mais celui d’une horde de criminels et de bandits qui disent chasser le "fasciste " et débusquer "l’ennemi". Il y a là, avec les prisonniers de droits communs libérés, des hommes et des femmes fanatisés, remplis de haine. Il y a des prostituées, des ouvriers du bâtiment, des cireurs de chaussures, des coiffeurs, des bouchers, mêmes quelques curés défroqués. Tous semblent avoir quelques revanches à prendre sur la société ou des comptes à régler. Ces bêtes fauves (Ce nom et adjectif ne sont pas appropriés parce que les bêtes fauves tuent pour se nourrir) étaient pourtant quelques jours auparavant des gens "ordinaires" qui ne se distinguaient en rien des autres. Ils sont devenus des criminels sadiques jouissant des souffrances et de la mort des autres.

Chaque parti va avoir ses tchékas. Les tchékas se sont-elles affiliées à des partis ou ce sont les partis qui ont créé les tchékas ? De toute façon, il y en aura des communistes, anarcho-syndicalistes, des socialistes, trotskystes, du parti radical et même des basques. Il y en aura jusqu’à 220 à Madrid, 43 à Barcelone et 55 à Valence (ville et province). A la fin de la guerre 17 000 personnes auront été assassinées à Madrid en dehors de tous combats. Barcelone une moyenne de 50 morts par jour (Simone Weil en témoigne aussi) avec un total d’environ 5 000 personnes et Valence se distinguera pour la quantité de morts et sa barbarie surtout avec le clergé et les croyants.

Dans les tchékas qui vont particulièrement se distinguer on peut citer celles de Narvaez, de San Bernardo (une tchéka avec un nom de saint ?!) qui s’installera dans l’église, celle du cercle libertaire de las Ventas, de la gare d’Atocha, Celle qui s’installera dans le cinéma Europa, ou encore celle de Guindelera, mais il ne faut surtout pas croire que la cruauté se limitait à celles-ci, les autres les suivaient de près. Et dans ces lieux, où l’enfer paraîtrait le paradis, les "suspects" vont être frappés souvent à mort, brûlés au fer rouge, violés, humiliés, on leur arrache les ongles ou on enfonce des aiguilles dessous. S’ils sont chrétiens -et c’était la grande majorité- on leur fait avaler des chapelets ou on leur enfonce dans les oreilles, dans la gorge, et quand les malheureux sont pratiquement morts, ils sont achevés d’une balle dans la nuque. Pour parachever la besogne, les assassins, qui ont préalablement pillé leurs maisons, se partagent leurs biens.

En parenthèse prenons une discussion qui, plus de 70 ans plus tard, est toujours d'actualité. Les ministres concernés étaient-ils au courant ou ne l'étaient-ils pas comme ils l'ont toujours prétendu. La droite dit que, pour que ces tchékas commencent leur besogne dès le 19 juillet, elles étaient forcément organisées d'avance et tout aussi obligatoirement, structurées par les partis politiques et les syndicats. Il est difficile de croire que tous ces morts qui jonchaient les rues tous les matins, les disparitions de tant et tant de personnes, les mises à sac des logements et la présence de 220 tchékas dans la capitale puissent passés inaperçus aux yeux et aux oreilles du gouvernement. Reste à savoir dans quelle mesure il aurait pu les contrôler ou les empêcher s'il en avait eu l'intention. Une petite précision quand même: le ministre de l'Intérieur du moment, le général Sébastian Pozas Perea était communiste et le ministre de la Justice Manuel Blasco Garzón était un maçon ( en France franc-maçon) particulièrement sectaire. Il a été dit aussi que Manuel Azaña pouvait voir tous les matins, par les fenêtres de sa résidence à la "Casa de Campo", les assassinats qui étaient commis dans la cour et qu'il en fut malade.
Au bout de quelques temps, le gouvernement va vouloir maitriser cette boucherie. Angel Galarza, ancien directeur général de la Sécurité et le nouveau Manuel Muñoz Martinez créent des tchékas officielles pour remplacer les autres. On serait tenté de dire : Bravo ! Enfin on va juguler ce massacre. Ce ne va pas être le cas. Pour cela il faut connaître ces hommes et Angel Galarza en particulier. Ses interventions dans l’élaboration de la Constitution en 1931 démontrent son caractère, mais cette autre phrase la précise : - sur la mort de Calvo Sotelo j’ai un grand regret…..le regret de ne pas y avoir participé ! – Ces nouvelles tchékas continuent à être dirigées par des gens issus du grand banditisme, dont un en particulier sorti directement du bagne. Les "tribunaux" "jugent" 24 heures sur 24 et 2000 morts vont venir s’ajouter à la liste déjà longue. Au mois de novembre, les chefs de ces dernières tchécas remettront deux pleines caisses d’or au gouvernement et presque 500 caisses de bijoux et objet précieux. Et combien dans leurs poches ? (Enfin "poches" c’est une façon de parler !) D’ailleurs plusieurs d’entre eux seront quand même arrêtés par leurs "amis" républicains et fusillés. Ce sera le cas pour Elviro Ferret Obrador en avril 1938. Ce brave antifasciste tentait de s’enfuir vers la France emportant avec lui un chargement d’or et des tableaux de maître. Ce sera surtout le cas pour Agapito García Atadell, chef d’une tchéka forte d’une cinquantaine de personnes (certains disent celle de brigade d’investigation criminelle, d’autres la brigade de l’aube. Je penche pour cette deuxième) qui se distinguera par son extrême cruauté. En fait, cet ancien typographe, affilié au parti socialiste, sera qualifié par les gauches espagnoles comme la honte de la République. Lui-même et ses hommes emmenaient les hommes "a dar un paseo", à l'aube comme le nom de la brigade l'indique, promenade de laquelle ils ne revenaient pas. Ensuite ils violaient les femmes et les filles et mettaient les habitations à sac, emportant tout ce qui pouvait avoir de la valeur.

Au mois de novembre, García Atadell voyant que les troupes de Franco s’approchaient dangereusement de Madrid, décide de s’enfuir avec ses deux lieutenants et un important magot évalué à 25 millions de pesetas de l’époque. Après être parvenu jusqu’à Marseille sous une fausse identité, il s’embarque vers l’Amérique du Sud.

Sur Wikipédia en espagnol, on trouve une information qui me laisse sceptique. Malgré toutes mes recherches sur la guerre d'Espagne, je n'en avais jamais entendu parler ! Enfin pourquoi pas après tout! García Atadell aurait été dénoncé aux franquistes par Luis Buñuel (??) par l'intermédiaire de l'ambassadeur de la République et comme le bateau faisait escale à Santa Cruz de las Palmas, ils en profitèrent pour l'arrêter.

Je reproduis le texte de Wikipédia qui serait extrait des mémoires du célèbre cinéaste :
García no era más que un bandido, un canalla, pura y simplemente, que se proclamaba socialista. En los primeros meses de la guerra había creado en Madrid, con un pequeño grupo de asesinos, la siniestra Brigada del amanecer. Por la mañana temprano, penetraban por la fuerza en una casa burguesa, se llevaban a los hombres “de paseo”, violaban a las mujeres y robaban cuanto caía al alcance de su mano. García, a quien los fascistas buscaban ávidamente, era una de las vergüenzas de la República.

Même si les autres ne les laissent pas de côté, une autre tchéka « socialiste » va se spécialiser dans la chasse aux curés. Cette commission électorale permanente est située dans la rue de Fuencarral et versera autant de sang que les autres. Tout ce qui ressemble un évêque, curé, moine, religieuse, inscrit à l’Action Catholique ou simple pratiquant va être traqué et subir toutes sortes de vexations, tortures, viols et assassinats. Mais on ne s’arrête pas là. Souvent démembrés ou dépecés, les restes sont jetés dans des « barrancos », laissés sur place ou enterrés sommairement à même la terre. Il y eu le cas horrible de Eusebio Cortés Puigdengolas qui, après avoir été assassiné et dépecé dans la tchéka de Sant Elies à Barcelone, les morceaux furent jetés aux cochons. L’auteur de ces faits ricana en disant : - "nous mangerons du chorizo au goût de curé"- Le même sort subira la religieuse Apolonia Lizárraga.
Mais tchéka ou pas, les catholiques subir vont subir une chasse impitoyable. Les gauches leur vouent une haine féroce. Pour eux, catholique égal ennemi de la République (Eux auraient pu penser la même chose mais inversement) Soupçonnés d’appartenir à la cinquième colonne et de tous les vices de la terre. Ils vont subir ce qu’on peut estimer la plus grande persécution de tous les temps.

Il y a-t-il intérêt d’énumérer toutes les tchékas avec le nom des dirigeants ? Elles ont presque toutes eu comme chefs des gens de la pègre, mais est-ce que cela enlève la responsabilité aux différents ministères et différents gouvernements ? C'est eux qui bénéficièrent de tous les vols, spoliations, réquisitions chez les bourgeois, le pillage des églises et de tous ceux qui les fréquentaient. Ils disaient que tout cela aurait servi à payer les armes que Staline voulait bien leur fournir, mais.... et les chargements qui passèrent la frontière française en février 1939 ? Ils n’étaient pas partis chez Staline, ceux-là ! La moitié de cet immense trésor fut récupéré par Indalecio Prieto au Mexique, le reste resta en France dans les mains des membres du gouvernement républicain en exil. Il devait servir, selon leurs belles paroles, à aider les réfugiés espagnols. Mais les réfugiés républicains, comme mon père et tous ceux qui durent accepter un emploi d'ouvrier agricole pour sortir des barbelés d'Argelès et d'ailleurs, qui avaient tout donné et tout perdu, n'en reçurent le moindre soupçon de commencement du début d'une petite aide. Les dirigeants des gauches espagnoles de l'époque, se convertirent en d'ignobles receleurs, oubliant complètement tous ces pauvres gens qui s'étaient battus pour des idées qu'ils avaient réussi à leur inculquer.
_________________________________________________________________________________________________________________


Description de quelques tchékas
Chaque prisonnier (e) était d'abord frappé (e), déshabillé (e) et humilié (e), puis torturé de façons différentes. Un français, appelé Alphonse Laurencic va d'ailleurs mettre ses "talents" au service des tortionnaires. Il se charge de décorer des cellules spéciales pour perturber l'équilibre mental des prisonniers et créé des obsessions visuelles. A ses figures géométriques, des illusions optiques - qu'il a copiées de Kansdisky, Moholy-Nagy et autres – vont être ajoutés des jeux de lumière et des sons à percer les tympans. Ces geôles d'un mètre sur deux et deux mètres de hauteur, vont être tantôt surchauffées, tantôt arrosées d'eau glacées. Pour si cela ne suffisait, des lampes de très fort voltage s'allument à quelques centimètres de leurs yeux. Les malheureux ne tiennent pas longtemps et tombent de fatigue, de maladie ou deviennent fous.
Le S I M aménage d'autres cachots de sorte que le prisonnier ne puisse ni marcher, ni se coucher ni s'asseoir. Le sol est parsemé de débris de briques et une sorte de banc de ciment, où il pourrait être tenté de se coucher, est incliné de façon que, s'il s'endort, il tombe sur les morceaux de briques. De temps en temps un "gardien" rentre et le matraque. D'autres fois, et là les bourreaux y trouvent un malin plaisir, ils sortent les captifs et font un simulacre d'exécution, jouissant de la terreur qu'ils inspirent. Les russes vont "améliorer" s'il était possible ces antichambres de la mort. Leurs compartiments sont plus petits, les murs incrustés de tessons de bouteilles et les plafonds vont descendre jusqu'à ce que le prisonnier ne puisse tenir debout.
Les plus costauds seront rapidement anéantis. Enfermés dans les "chambres froides", ils sont arrosés d'eau glacée pendant des heures et des heures. La "chaise électrique" n'a d'autre différence des États-Unis, qu'elle ne provoque pas entièrement la mort.
D'autres encore vont avoir des murs convexes de façon à ce que le détenu ne puisse pas s'asseoir. Les sols, où l'on avait scellé des casseaux de briques empêchaient la moindre marche.
Il y avait aussi la boîte à bruit, pas plus grande qu'une armoire et où les pauvres devaient subir des bruits de cloches assourdissants pendant des heures. Il faut ajouter un petit détail,- la fierté d’Alphonse Laurencic- grâce à lui, une des Tcheka avait été dotée de WC et lavabos. C’était celle de la rue de Zaragoza. Par déduction, les autres n’en avaient pas.
Tous avaient fini par avouer. Qu’avaient-ils avoué ? Tout et n'importe quoi, même ce qui ne leur avait pas été demandé.
Autre détail : soit par peur d’être punis un jour, soit parce-que les bourreaux considéraient tous ces gens "ennemis" de la république, personne ne prit le temps ni de les compter, ni de prendre leurs identités.

Evidemment, toutes ces atrocités ont été, et sont, violement démenties et les auteurs trainés dans la boue ! Pensez ! Ce sont des témoignages de fachos ! Et il n'y a plus de discussion possible !

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 26/05/2011 @ 15:02
Dernière modification : 12/01/2012 @ 09:39
Catégorie : 8 les tchékas
Page lue 3327 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Présentation

                     Les chrétiens persécutés

 Persécution en Espagne pendant la II République



La conduite de l'Eglise espagnole pendant la guerre civile est encore et toujours, violemment critiquée.
On l'accuse d'avoir été réactionnaire, hypocrite, fasciste, obscurantiste. Elle aurait été soumise aux puissants et aurait méprisé les pauvres. Immensément riche, elle se serait rangée du côté de la force de peur de perdre ses privilèges.

Pourtant, il suffit d'étudier un peu cette époque pour s'apercevoir que toutes ces critiques ne dépassent pas le stade de la propagande. Elles peuvent facilement être réfutées, une par une.
C'est ce que vous pourrez trouver sur ce site.

Lisez argument par argument. vous comprendrez vite qu'il suffit juste d'un peu de bon sens, pour s'en convaincre.
Puis vous pourez lire  quelques unes des horreurs commises dans la page "le massacre"
 

 



Webmaster - Infos


france_mwxx.gifJe remercie les internautes qui  donnent leurs appreciations.

Vous pourrez trouver mon livre  Le choc des deux Espagne sur la guerre d'Espagne (hors des sentiers battus et des idées toutes faites), dans toutes les Fnacs, les grandes librairies, les sites de vente par correspondance au prix de 20, 90 euros. Contribuer à rétablir la Vérité.

Merci encore

^ Haut ^