Les chrétiens persécutés

en Espagne    

Religion et République

Fermer 1 la religion pendant la II République

Fermer 2 le contexte et la persécution

Fermer 3 Le massacre

Fermer 4 Le massacre à Madrid

Fermer 5 Le massacre des" prisonniers politiques"

Fermer 6 Elaboration de la Constitution en 1931

Fermer 7 rapport du ministre Irujo

Fermer 8 les tchékas

Fermer 9 désinformation

Fermer Arguments

Fermer Judas

Fermer Le cardinal Segura

Fermer Persécution au Mexique

Fermer Précédents en France (loi 1905)

Fermer Réflexions

Fermer informations récentes

Fermer la persecucion religiosa oficializada

Fermer liste des 498 béatifiés

Réflexions

Fermer Des intélectuels catholiques?

Fermer Refexions sur la violence

Fermer a propos des Brigades Internationales

Fermer la guerre civile n'est pas terminée

Fermer le génocide vendéen

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 8 membres


Connectés :

( personne )
Contacts

 

 

 Ce site a été scindé. Il y a la partie persécution religieuse en Espagne et la partie persécution religieuse en France.
Voici le lien  pour la partie France:
http://persecution-religieuse-france.la-guerre-d-espagne.net/ 
Nom du site: Persécution religieuse et christianophobie

Sondage
appréciations
 
super
à recommander
Très bien
Bien
Passable
bof
grrrrrr
Résultats
Arguments - 3ème argument: Elle se mettait du côté du puissant
ARGUMENT 3

separation.jpg

SALVADOR DE MADARIAGA résume encore une pensée populaire. Une autre des idées reçues :

"L'Eglise se mettait invariablement du côté du puissant, le riche, l'autorité oppressive. Le curé était arrivé à être, avec une excessive fréquence, l'objet d'une intense aversion populaire".

FAUX :

Il est évident que "l'aversion populaire" ne pouvait qu'exister. Elle a toujours existé et elle existera certainement toujours. On pouvait la trouver dans toutes les couches sociales, mais c'était une aversion d'une partie minoritaire de la population et une autre partie pensait tout autrement. Ces sentiments ne venaient pas de la conduite du clergé qui, quelle quelle soit, trouvera toujours des personnes idéologisées qui l'interpréteront d'une façon hostile.

Et si cela avait été ainsi, cette extermination aurait pris pour cible la hiérarchie ou les curés de quartiers riches. Ce ne fut pas le cas. Les incendies de mai 1931, s'étaient déjà concentrés contre les centres de formation professionnelle. Les prêtres et les moines consacrés à ces tâches ne passaient pas leurs temps à défendre "le riche et l'autorité oppressive". Qui plus est, ils vivaient dans la pauvreté totale. Ce sont eux, principalement, qui furent pourchassés et exterminés.
On trouva deux arguments pour justifier le massacre. Le premier était que ce travail ecclésial était mal fait et insuffisant. Le second qu'il était uniquement destiné à modeler les mentalités, mais ceci relève d'une critique gratuite qui ne veut rien dire: L'Eglise soutenait un réseau de centres de formation pour ouvriers et jeunes sans ressources, mais aussi d'asiles pour anciens et handicapés, de soins aux malades, d'aide aux plus pauvres, etc. et tout cela était d'autant plus appréciable que la sécurité sociale n'existait pas, bien sûr, pas ou peu. L'Eglise faisait un travail que pratiquement personne d'autre ne faisait.
La propagande a été la plus forte et a anéanti tout cet immense travail et toute cette abnégation.

Que les gauches, représentées surtout par AZAÑA depuis 1931, attaquent et veulent interdire la bienfaisance religieuse est bien significatif..........Qui détient l'enseignement tient le Pays avait dit un certain français appelé Jean Macé !!

FcoborjaFlor.jpg

Un couvent saccagé puis brûlé


Date de création : 17/06/2008 @ 09:22
Dernière modification : 10/10/2010 @ 11:23
Catégorie : Arguments
Page lue 3433 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Présentation

                     Les chrétiens persécutés

 Persécution en Espagne pendant la II République



La conduite de l'Eglise espagnole pendant la guerre civile est encore et toujours, violemment critiquée.
On l'accuse d'avoir été réactionnaire, hypocrite, fasciste, obscurantiste. Elle aurait été soumise aux puissants et aurait méprisé les pauvres. Immensément riche, elle se serait rangée du côté de la force de peur de perdre ses privilèges.

Pourtant, il suffit d'étudier un peu cette époque pour s'apercevoir que toutes ces critiques ne dépassent pas le stade de la propagande. Elles peuvent facilement être réfutées, une par une.
C'est ce que vous pourrez trouver sur ce site.

Lisez argument par argument. vous comprendrez vite qu'il suffit juste d'un peu de bon sens, pour s'en convaincre.
Puis vous pourez lire  quelques unes des horreurs commises dans la page "le massacre"
 

 



Webmaster - Infos


france_mwxx.gifJe remercie les internautes qui  donnent leurs appreciations.

Vous pourrez trouver mon livre  Le choc des deux Espagne sur la guerre d'Espagne (hors des sentiers battus et des idées toutes faites), dans toutes les Fnacs, les grandes librairies, les sites de vente par correspondance au prix de 20, 90 euros. Contribuer à rétablir la Vérité.

Merci encore

^ Haut ^